Artania: le Grand Lady de Phoenix Reisen


Phoenix Reisen’s Artania is a ship that needs no introduction. She is not only the largest ship in the current Phoenix Reisen fleet and star of the German TV docu-soap Verrückt nach Meer (Crazy about the Sea), but has also gained fame ever since she entered service in 1984.

 

Artania, passé en revue par Kai Ortel→→Artania Commentaire

L’Artania de Phoenix Reisen n’a plus besoin d’être présenté. Il est non seulement à ce jour le plus grand navire de la flotte de Phoenix Reisen et la vedette du feuilleton télévisé allemand Verrückt nach Meer (« Fou de la mer »), mais il n’a cessé de gagner en renommée depuis son entrée en service en 1984. Commandé par Princess Cruises, et plus grand navire de passagers destiné aux croisières jamais construit à l’époque, il était également le premier à n’avoir que des cabines extérieures ou avec balcon. En fait, il était tellement en avance sur son temps au milieu des années 1980 que même 35 ans plus tard, il captive sans effort une clientèle très fidèle alors que d’autres paquebots de sa génération peinent de plus en plus à rester compétitifs.

Cela dit, l’Artania n’a pas passé 35 ans de service sans changements. En 2005, le navire a été transféré en interne de Princess Cruises à P&O Cruises ; le Royal Princess américain est devenu l’Artemis britannique. Le casino a été réduit, le Princess Court Piano Lounge est devenu un bar et les ponts ont été nommés d’après d’anciens paquebots de lignes P&O. Des changements encore plus importants sont survenus quand l’Artemis a été vendu à Phoenix Reisen en 2011, et l’ancien Riviera Club s’est transformé en un second restaurant, l’Artania Restaurant. Mais il y a encore de nombreux salons confortables : le Casablanca Bar où des concerts intimistes ont lieu le soir, le Jamaica Club qui sert de salle de jeux et de cartes, et bien sûr le Pazifik Lounge sous la cheminée du navire.

L’Artania est l’une des cinq unités de Phoenix Reisen, une compagnie allemande entrée sur le marché en 1988, avec le navire Maxim Gorkiy. En fait, l’Artania a été acheté pour remplacer ce dernier (retiré début 2009) – un rôle qu’il a dès lors rempli à la perfection. Les autres navires de la flotte Phoenix Reisen sont l’Amera (ex Royal Viking Sun), l’Albatros (ex Royal Viking Sea), l’Amadea (ex Asuka) et le Deutschland. Pendant les mois d’été, l’Artania est déployé en Europe du Nord, sur des itinéraires parfois courts et parfois longs, depuis Bremerhaven. Mais hors-saison, il devient un véritable globe-trotter, faisant même régulièrement des tours du monde. La galerie de plaques portuaires exposées à bord est un témoignage impressionnant du fait que l’Artania a littéralement parcouru le monde.

Ma propre expérience à bord de l’Artania a été une croisière de quatre jours en mer du Nord, de Bremerhaven à Harwich et Amsterdam, à l’automne 2019. Mon logement pendant cette croisière était la cabine avec balcon no. 6500, un refuge qui ne laisse rien à désirer. Elle était équipée d’un lit, d’une télévision, d’un téléphone, d’un minibar et d’un coffre-fort d’un côté, et d’un large canapé de l’autre. Entre le lit et le canapé se trouvait la porte du balcon, sur lequel il y avait deux chaises longues et une table. Aussi, l’immense douche était magnifique – vestige d’un temps passé où toutes les cabines étaient équipées d’une baignoire.

Le dîner à bord des navires Phoenix Reisen est souple. Il n’y a plus deux services séparés mais un seul long, avec choix libre du restaurant, de la table et de l’heure d’arrivée. L’Artania Restaurant sur le pont 3 et le restaurant Vier Jahreszeiten (ou Quatre Saisons) sur le pont 2 ont une capacité combinée de 900 sièges, et le Lido Restaurant (un buffet) offre de la place supplémentaire pour 280 personnes (la capacité totale d’Artania est de 1260 passagers). Si vous souhaitez réserver une certaine table, vous pouvez vous arranger avec le maître d’hôtel. Sinon, vous choisirez sur le moment à votre guise. C’est en quelque sorte le « German Freestyle ». Le vin de table pour le dîner est inclus dans le prix de la croisière, et j’ai adoré les petit déjeuner au Lido Restaurant. On y trouve tous les jours des petits pains fraîchement cuits, et pas moins de quatre jus de fruits en plus des habituels thés et cafés.

Phoenix Reisen se targue de proposer des croisières sur des navires relativement petits, à l’ambiance détendue. Et l’équipage de l’Artania donne tout son sens au slogan Willkommen an Bord – willkommen zu Hause (Bienvenue à bord – bienvenue à la maison), en vous donnant l’impression d’être entre amis plutôt qu’au milieu d’une masse anonyme. Du fait du grand nombre de passagers réguliers, et des nombreuses apparition télévisées du navire et de son équipage, on dirait que tout le monde se connaît et se salue à bord de l’Artania. Ceci est facilité par l’utilisation de l’allemand comme langue commune à bord, et les quelques passagers qui ne sont pas allemands, autrichiens ou suisses comprennent l’allemand, ou du moins tolèrent certaines traditions peu habituelles sur les navires internationaux (musique « Schlager », cuisine allemande typique et occasionnels « Frühschoppen »). Il faut noter aussi que le système des pourboires de Phoenix Reisen est un peu désuet : il n’y a pas de débit automatique sur un compte croisière, vous recevrez à la place différentes enveloppes dans lesquelles vous placerez quelques billets (pour le personnel du restaurant, les concierges, les cuisiniers, etc.).

On choisit rarement un navire Phoenix pour son offre sportive et de bien-être, mais l’Artania compte tout de même quelques installations. Il y a un salon de beauté et un salon de coiffure à bord, ainsi qu’une salle de sport, un sauna et un spa. De plus, le navire est doté de deux piscines, bien qu’après la dernière reconstruction de la zone du bar Kopernikus sur le pont 8, seule celle située sur la partie avant du pont supérieur (pont 9) soit vraiment adaptée à la natation.

En ce qui concerne les divertissements à bord, il n’y a pas d’opulents spectacles, mais l’Atlantik Lounge peut tout de même accueillir des concerts et autres divertissements le soir. La croisière que j’ai effectuée était vendue comme une « Schlager-Kreuzfahrt » (croisière de musique populaire allemande), et chacun des trois artistes se produisant à bord (Peter Kraus, Vicky Leandros et Micky Krause) a su faire de l’occasion une nuit mémorable pour tous les spectateurs. En outre, de la musique est souvent jouée dans d’autres salons, notamment au Harry’s Bar, au Casablanca Bar et au Pazifik Lounge. Vous pouvez également vous joindre au jeu de bingo ou jouer aux cartes dans le Jamaica Club, où des listes sont affichées pour permettre aux passagers de trouver de potentiels partenaires pour leurs parties.

Lors des escales, Phoenix proposait un bon nombre d’excursions organisées – cinq à Harwich (pour Londres, Cambridge ou Constable Country) et quatre à Amsterdam (pour Amsterdam, Volendam et Den Haag). Je n’ai participé à aucune d’entre elles, mais de ce que j’en ai entendu, la philosophie de Phoenix Reisen de prendre soin de chaque passager comme un membre de la famille s’étend aux excursions.

Néanmoins, il manque à la famille Phoenix plus ou moins deux générations. Du haut de mes 45 ans, je faisais baisser considérablement l’âge moyen à bord de l’Artania. Sur cette croisière en mer du Nord, il n’y avait pratiquement personne de moins de 40 ans, et avoir moins de 50 ans vous rangeait parmi les « jeunes ». Cela ne signifie pas que les familles avec enfants ne sont pas les bienvenues à bord de l’Artania, mais pour des raisons évidentes, les familles ont tendance à opter pour des navires beaucoup plus grands avec davantage d’installations prévues pour les enfants et adolescents. Ne vous attendez pas pour autant à ce que tout le monde porte une tenue de gala ou exhibe ses bijoux à longueur de journée. Le code vestimentaire de Phoenix Reisen est très décontracté, et un habillement élégant n’est requis que lors des soirées de gala ou occasions spéciales.

L’Artania est un navire dont l’on tombe immédiatement amoureux. Ses salons joliment meublés et ses larges arcades n’ont d’égal que ses ponts extérieurs, donc les vastes espaces ouverts sont sans équivalent avec ceux des méga navires d’aujourd’hui. Lors de ma croisière, le navire amiral de Phoenix Reisen s’est avéré être doté d’endroits merveilleux, d’un équipage fantastique et de passagers sympathiques venant comme moi d’outre-Rhin. Il est certain que l’Artania n’occupe pas une place si élevée sur le marché allemand des croisières par hasard.

Lisez tous les avis sur l’Artania sur Cruising Journal.

 

Kai Ortel

Comments

Dernier reportages