Croisière en Israël, Turquie, Tunisie? La situation


Des croisières en Israël, en Turquie, en Tunisie ? Un regard sur la situation

MSC Croisières a annoncé le retour d’Israël dans sa programmation régulière. Cette destination fascinante sera sur l’itinéraire des croisières hivernales 2019/20 du MSC Opera, qui embarquera dans les ports de Gênes et de Civitavecchia. Ce navire de la classe « Lirica » (construit par les Chantiers de l’Atlantique puis allongé par Fincantieri) proposera deux itinéraires différents de 12 jours, le premier en Méditerranée occidentale et le second en Méditerranée orientale.

Ce dernier comportera de nouveau une escale à Haïfa, qui permettra de découvrir tous les lieux les plus mystiques de la Terre Sainte. En outre, lors de la croisière de Noël et du Nouvel An, le voyage sera plus long d’un jour afin de permettre au navire de passer une nuit en Israël, pour pouvoir vivre plus intensément les festivités dans des lieux sacrés. Cette destination avait été peu à peu retirée des itinéraires en raison des crises régulières dues à la question palestinienne non résolue (ainsi que des taxes portuaires élevées).

Les croisières méditerranéennes ont ainsi perdu plusieurs destinations, toujours à cause d’instabilités internes, qu’il s’agisse de la Tunisie, de l’Égypte, ou plus encore de la Turquie. Le coup d’État manqué de 2016 a plombé le tourisme au pays d’Erdogan, et les compagnies de croisière ont elles aussi évité ses côtes considérées comme peu sûres.

Les navires de croisière avaient ainsi modifié leurs trajets, encombrant davantage les ports de Méditerranée occidentale et de Grèce. Aujourd’hui, la situation de la Turquie s’est améliorée et, par conséquent, les compagnies de croisière envisagent sa réintégration progressive dans leurs itinéraires.

La Tunisie, en revanche, est toujours en difficulté : à ce jour, seule Phoenix Reisen, une compagnie dédiée au marché allemand avec des navires de seconde main, y prévoit quelques arrêts. Rappelons que cette destination était une étape fixe pour toutes les compagnies opérant en Méditerranée jusqu’à l’attentat du Musée du Bardo en mars 2015. Toutes l’ont immédiatement déprogrammée pour des raisons de sécurité, endommageant gravement l’économie du pays maghrébin, où le tourisme était l’une des principales sources de revenus.

La situation est différente en Turquie : les compagnies transalpines MSC et Costa n’y ont pas encore prévu de croisières, mais d’autres le font. On peut citer Azamara, Celebrity, Royal Caribbean, Silversea, TUI, Pullmantur : en fait, toutes les marques du groupe Royal Caribbean. NCL Holdings a également recommencé à envoyer en Turquie les navires NCL, l’Oceania et le Regent. Chez Carnival Corporation, seules quelques marques proposent à nouveau la destination (Holland America, Princess et Seabourn) : les différentes entreprises y opèrent de façon plus autonome. Il faut rappeler que la pittoresque Istanbul est toujours pénalisée par son statut de centre politique, considérée comme plus instable. Kusadasi (en mer Egée), plus touristique et plus paisible, est donc privilégiée pour faire escale avec la possibilité de faire des excursions dans la ville historique d’Éphèse.

Pour ce qui est d’Israël, MSC y a également prévu des arrêts occasionnels avec le MSC Lirica et le MSC Magnifica, tandis que Costa Croisières a programmé des escales (notamment lors des repositionnements) avec le Costa Firenze, le Costa Diadema, le Costa Magica, le Costa Mediterranea et le Costa Victoria.

Matteo Martinuzzi

Comments

Dernier reportages